SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.50 issue2Translation and impropriety: a reading of Claude Bleton's les Nègres du Traducteur author indexsubject indexarticles search
Home Pagealphabetic serial listing  

Trabalhos em Linguística Aplicada

Print version ISSN 0103-1813

Abstract

LANE-MERCIER, Gillian  and  NAREZZI, Edilene. De la tranquillité à l'intranquillité: Traduire le joual littéraire. Trab. linguist. apl. [online]. 2011, vol.50, n.2, pp. 493-508. ISSN 0103-1813.  http://dx.doi.org/10.1590/S0103-18132011000200016.

Cet article a pour objectif d'analyser les enjeux soulevés par les principales stratégies traductionnelles qui ont été mobilisées entre 1964 et 1984 pour traduire les représentations romanesques du joual - à savoir le sociolecte, fortement anglicisé et linguistiquement appauvri, parlé par les classes populaires de Montréal - pour un lectorat anglo-canadien inquiet par la montée du mouvement indépendantiste au Québec et l'arrivée au pouvoir, en 1976, du Parti Québécois. Après avoir rappelé les caractéristiques sociolinguistiques du joual, ainsi que le double usage politique et littéraire qu'en ont fait certains écrivains à partir de 1960, il s'agit d'identifier les problèmes d'ordre lexical qu'il a posés aux traducteurs et les diverses solutions que ces derniers ont préconisées. Cela permet de mettre au jour 1) les images du soi et de l'autre que ces solutions véhiculent; 2) la nature des processus de domestication que celles-ci cautionnent; 3) la manière dont ces solutions ont contribué à renforcer ou, exceptionnellement, à subvertir les attentes du public anglo-canadien; 4) la présence, inévitable, de marqueurs de ré-énonciation qui, inscrits dans certains choix lexicaux, relèvent de la subjectivité du traducteur et, partant, du conflit des énonciations sous-jacent à toute réécriture. Dans cette optique, une attention particulière est accordée aux deux traductions (1964; 1984) du roman Le Cassé de Jacques Renaud (1964), en vue de soulever des questions plus générales portant sur la non traduction, la retraduction, l'équivalence et la créativité traductionnelles, questions à leur tour révélatrices de la manière dont le Canada anglais connaissait, méconnaissait ou ne connaissant pas non seulement la société et culture québécoises de l'époque, mais les zones de contact linguistiques inhérentes à sa propre langue. Ce faisant, on constate une certaine évolution des pratiques traductives du joual vers la construction d'images volontairement "intranquilles" tant de la Révolution dite tranquille que de l'identité québécoise contemporaine.

Keywords : traduction de sociolectes; retraduction; images de l'altérité.

        · abstract in Portuguese     · text in Portuguese     · pdf in Portuguese