SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.27 número70Mídia, consumo e crime na juventude: a construção de um traçado teóricoA luta pelos direitos humanos: profissionalização de causas e politização do direito índice de autoresíndice de assuntospesquisa de artigos
Home Pagelista alfabética de periódicos  

Serviços Personalizados

Journal

Artigo

Indicadores

Links relacionados

Compartilhar


Caderno CRH

versão impressa ISSN 0103-4979

Resumo

SILVA, Luciane Soares da. Maintenant baisse le son: UPPS, ordre et musique dans la ville de Rio de Janeiro. Cad. CRH [online]. 2014, vol.27, n.70, pp.165-179. ISSN 0103-4979.  http://dx.doi.org/10.1590/S0103-49792014000100012.

Depuis les années 70, dans les favelas de Rio de Janeiro, une bonne partie de la production culturelle et des divertissements est directement influencée par la musique noire nord-américaine marquée par une nouvelle lecture de sa structure rythmique et adaptant les paroles des chansons au scénario national. La favela occupe une place de choix dans la production et la consommation musicale, essentiellement dans les bals funk, ambiances propices à l'oubli des problèmes quotidiens, à l'interaction entre les différentes classes sociales, source de revenus et lieu privilégié pour la démonstration du pouvoir des factions. Dans ce contexte, la musique devient un moyen important de communication et occupe désormais une place centrale dans les discussions concernant l'ordre urbain. Les données présentées sont le résultat d'interviews faites dans les favelas de 2005 à 2009, puis d'un retour sur le terrain en 2012. On analyse les paroles considérées "interdites", les documents produits par l'Etat pendant l'implantation des UPPS et un numéro spécial de la revue de l'Institut Brésilien d'Analyses Sociales (IBASE) édité sur ce thème.

Palavras-chave : Favela; Conflits sociaux; Culture; Ordre urbain; Police.

        · resumo em Português | Inglês     · texto em Português     · Português ( pdf )

 

Creative Commons License Todo o conteúdo deste periódico, exceto onde está identificado, está licenciado sob uma Licença Creative Commons