SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
vol.31 número82REQUALIFICAÇÃO URBANA E DESPEJOS EM CENTROS NOVO E ANTIGO DE SALVADORATIVISMOS URBANOS EM SÃO PAULO índice de autoresíndice de assuntospesquisa de artigos
Home Pagelista alfabética de periódicos  

Serviços Personalizados

Journal

Artigo

Indicadores

Links relacionados

Compartilhar


Caderno CRH

versão impressa ISSN 0103-4979versão On-line ISSN 1983-8239

Resumo

NUIJTEN, Monique; KOSTER, Martijn; VRIES, Pieter de  e  CABRAL, Augusto Antonio Campelo. LES RÉGIMES D'ORDONNANCEMENT SPATIAL AU BRÉSIL: la fusion du Néolibéralisme, du populisme de gauche et des visions modernistes dans l'urbanisation des favelas à Recife. Cad. CRH [online]. 2018, vol.31, n.82, pp.59-73. ISSN 0103-4979.  http://dx.doi.org/10.1590/s0103-49792018000100004.

Cet article montre comment, au Brésil, les régimes d'ordonnancement spatial sont produits par la jonction de trois forces: le néolibéralisme, la politique de gauche et les visions modernistes. Il se concentre sur le PROMÉTROPOLE, Programme d'Infrastructures dans les Aires à Faible Revenus de la Région Métropolitaine de Recife, programme financé par la Banque Mondiale. Dans ce projet, la dimension néolibérale est claire quant à l'idée que l'État, les entreprises privées et les citoyens sont conjointement responsables de la construction de l'espace urbain. En outre, on attend des bénéficiaires qu'ils se comportent comme des citoyens autonomes et qu'ils assument la responsabilité de leur nouvel environnement de vie. D'un autre côté, la dimension politique de la gauche nourrit l'idée que, grâce à des procédures participatives, le gouvernement devrait permettre à la population cible de prendre part au projet de sa conception à sa mise en œuvre. En échange on espère que les habitants maintiendront une relation de coopération avec le gouvernement. La troisième dimension consiste en l'adoption d'une esthétique moderniste - lignes droites, espaces ouverts et ordre visible - qui configure la conception du projet. L'exigence du gouvernement est que les habitants des favelas utilisent leurs maisons et leurs espaces publics selon les normes de la “civilisation moderne”. Cependant cette recherche montre que ce régime d'ordonnancement spatial entre en conflit avec les modes de vie de la population urbaine pauvre qui peut même voir sa qualité de vie se détériorer à cause de ce genre d'intervention. De plus, contrairement à ce qui est affirmé, les procédures participatives ne permettent pas à la population cible d'avoir une véritable influence. Au final, les résidents reconstruisent résolument les espaces privés et publics des nouveaux quartiers résidentiels, en reprenant ainsi possession de cet espace urbain et en contestant le régime d'ordonnancement spatial qui leur est imposé.

Palavras-chave : Urbanisation des Favelas; Espace Urbain; Participation; Néolibéralisme; Socialisme.

        · resumo em Português | Inglês     · texto em Português     · Português ( pdf )