SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
 issue26Colonial rule and cultural sabirThe peasant and his body author indexsubject indexarticles search
Home Pagealphabetic serial listing  

Services on Demand

Journal

Article

Indicators

Related links

Share


Revista de Sociologia e Política

Print version ISSN 0104-4478On-line version ISSN 1678-9873

Abstract

BOURDIEU, Pierre. Dialogue sur la poesie orale à la Kabylie: entretien de Mouloud Mammeri a Pierre Bourdieu. Rev. Sociol. Polit. [online]. 2006, n.26, pp.61-81. ISSN 0104-4478.  http://dx.doi.org/10.1590/S0104-44782006000100006.

Dans ce dialogue qui a eu lieu autour des années soixante-dix, Pierre Bourdieu et l'ethnologue, écrivain et poète algérien Mouloud Mammeri (1917-1989) exploitent et expliquent les bases sociales, les usages et le sens de la poésie orale dans la société et l'histoire kabyles. En fils de l'avant dernier amusnaw (sage, barde) de sa tribu, Mammeri occupait une place exceptionnelle pour situer ce maître des paroles qui a joué le rôle traditionnel de médiateur et porteur de la connaissance et est démeuré l'incarnation vive de la tamusni (la philosophhie pratique de l'excellence berbère), et entretenait des relations avec le marabout (le dépositaire des écritures sacrées du Coran) et les paysans (qui forment son principal public). Pour devenir un amusnaw il faut qu'il soit élu et qu'il ait un double apprentissage : d'abord, par osmose, dans un contexte plein de commerce et de disputes verbales (dans l'atelier de l'armurier, à l'assemblée du village, au marché et en pélerinages) et, puis, par l'intermédiaire d'un entrainement explicite auprès d'un maître, qui oriente une série d'exercices et d'examens. Il faut non seulement la maitrise de plusieurs techniques verbales et un canon oratoire, mais aussi s'imprégner et incarner la sagesse. Lorsqu'il joue sur la multidimensionnalité du langage et il adapte avec aisance ses propos à l'occasion et au public, le barde kabyle était en permanence mis à l'épreuve, et ses capacités culturelles étaient sans cesse aiguisées jusqu'à ce qu'il soit non seulement maitre des règles du métier, mais encore il y jouerait, les transgressant dans l'esprit de la tradition afin d'inventer de nouvelles figures rhétoriques et exploitant énormément le « rendement » du langage. La tamusni émerge donc non seulement comme un corps de la connaissance inerte, détaché de la vie et transmis par lui-même, mais comme une « science pratique », continuellement renouvelée par et pour la pratique. Le poète est le porte-parole du groupe qui, à travers son entendement culturel et l'usage technique du langage, perfectionne les valeurs spécifiques du groupe, sépare ce qui est confus et quand il illumine ce qui est obscur, mobilise le peuple.

Keywords : poésie; oratoire; tradition; savoir pratique; artisanat; Kabylie.

        · abstract in English | Portuguese     · text in Portuguese     · Portuguese ( pdf )

 

Creative Commons License All the contents of this journal, except where otherwise noted, is licensed under a Creative Commons Attribution License