SciELO - Scientific Electronic Library Online

 
 issue27A teoria queer e a Reinvenção do corpo author indexsubject indexarticles search
Home Pagealphabetic serial listing  

Cadernos Pagu

Print version ISSN 0104-8333

Cad. Pagu  no.27 Campinas July/Dec. 2006

http://dx.doi.org/10.1590/S0104-83332006000200021 

DOCUMENTO

 

Emma B. Documentos para servir al estudio de la estructura familiar de los coleccionistas de fósiles: el caso de Emma y Auguste Bravard*

 

 

Irina Podgorny

Museo de La Plata, CONICET, Argentina. podgorny@mail.retina.ar

 

 

En sus novelas, Gustave Flaubert retrató la vida de provincia de la Francia del siglo XIX, con los reflejos de la vida de París en los rincones y las ciudades de campaña. A la hora de narrar los derroteros del burgués medio, puesto a disputar un lugar en las ciencias buscando las puertas del saber, Flaubert elegiría a dos torpes señores: Bouvard y Pecouchet. Emma Bovary, en cambio, no demuestra interés alguno por la naturaleza: su camino a la muerte está trazado por placeres mundanos, que solo la trascenderán en forma de deudas e hipotecas. Pero aunque Emma no padeciese de ninguna obsesión científica o filosófica, tampoco ignoraba el prestigio que la práctica exitosa de la ciencia podía haber arrojado a su matrimonio.

Los documentos que publicamos en el dossier quieren matizar la vida de Emma Bravard, otra señora de una ciudad de la provincia francesa, en este caso de Issoire, una pequeña ciudad cercana a Clermont-Ferrand en el departamento de Puy-de-Dôme en el Macizo Central, esa región poblada por antiguos volcanes y aguas curativas termales. A diferencia de la heroína flaubertiana, Emma B., nacida Fayolle, es la condición de posibilidad para que su marido desarrolle su vocación de coleccionista y conocedor de los fósiles del período terciario. No solo eso: su vida quedó sepultada por las biografías algo falseadas de Auguste Bravard, quien construiría una exitosa carrera como naturalista local en el Plata argentino y moriría en el terremoto de Mendoza de 1861.

 

Los buscadores de fósiles del Macizo Central Francés

Con el interés surgido en la historia de la Tierra y en los restos fósiles, propio del fin del Siglo XVIII, el Macizo Central Francés atrajo la mirada de los naturalistas de toda Europa. Estos visitantes, asesorados por los aficionados locales, recorrían y se deleitaban con sus aguas termales, las cadenas de antiguos volcanes y las huellas de una historia geológica repleta de transformaciones y cambios. Para la década de 1820, los naturalistas locales, cuya vocación surgía también ligada a las peculiaridades del paisaje averno, ya se resistían a desempeñar el papel de corresponsales y guías de los visitantes de París y de otros centros académicos. De hecho, por esos años, empezaban a reclamar la autoría de las interpretaciones de la naturaleza de su región. Tal es así que, en 1822, se establece en Clermont Ferrand, capital del Departamento de Puy-de-Dôme- la Sociedad académica de geología, mineralogía y botánica de la Averna, una sociedad erudita concentrada en la geología. (Pénicaud, 2002) Estas asociaciones proliferaban en la Francia de esos años: las academias provinciales del Siglo de las Luces renacían en el Siglo XIX (Roche, 1978) alrededor de herbarios, rocas, libros, antigüedades y osamentas por el impulso de estos caballeros de la ciencia. Bajo la advocación del estudio de la naturaleza universal, fuente fecunda para las artes y las ciencias, las nuevas academias invocaban la necesidad de concentrarse en los objetos próximos del paisaje local.

El arquitecto Pierre-Joseph-Auguste Bravard, hijo mayor de Jacques Alexis Bravard y de Madame Marie Julie Fargheon, propietarios, nacido en Issoire el 29 prairial del año XI de la Revolución (18 de junio de 1803), había egresado de la Escuela de Mineros de Saint-Étienne, departamento del Loira. Allí, A. Bravard adquiriría no solo su diploma: su afición por la geología y por la observación de campo nació recorriendo la campiña y explorando las canteras de Forez. Asimismo adquirió la pericia para examinar los estratos, los restos animales y todos los rasgos del paisaje para elucidar la estructura y la posición de las capas terrestres. De regreso en Issoire, Bravard se empleó como ingeniero de las minas de antimonio y de hulla de la cuenca de Brassac. Las horas libres de su trabajo las emplearía en la actividad que se había transformado en su preocupación favorita: estudiar todos los aspectos de las rocas y el terreno y coleccionar las muestras diagnósticas más remarcables, muy especialmente los restos de vertebrados fósiles. (Podgorny, 2001) En 1822 encuentra, en los alrededores de Issoire, el luego famoso sitio paleontológico de la montaña de Perrier.1 (Mège 1886) Bravard se asocia con el Abate Croizet y M. Jobert para preparar la gran obra sobre los fósiles de la Baja Averna. Estos, como otros coleccionistas, competían –y colaboraban- entre ellos para el armado de colecciones, sus catálogos y su venta a los establecimientos públicos o a los coleccionistas privados con recursos suficientes para pagar su valor. Podría decirse que todos forman parte del doble sistema creado por la búsqueda de aliados nacionales e internacionales para la recolección de información sobre los fósiles: el circuito mercantil y el circuito dado por el honor de actuar como corresponsal de los centros capitalinos. (Rudwick, 1997) Sin embargo, más allá de esta identidad definida en función de la relación con los museos e instituciones metropolitanas, los naturalistas de provincia adquieren autoridad como intérpretes locales de la naturaleza.

Bravard, a fines de la década de 1820, se traslada a París donde frecuentaría algunos de los salones científicos, las colecciones privadas y públicas. Bravard sería uno de los protegidos ocasionales de Cuvier y de Laurillard, uno de esos valiosos corresponsales de provincia que ayudaban en la recolección de datos y de colecciones para los sabios del Muséum. Pero:

À cette époque, privé de fortune je dû songer à me faire une position dans le monde et dès lors je renonçai à l'étude des sciences naturelles pour me livrer à l'architecture que j'exerce depuis douze ans; et pour en plus avoir l'occasion de me détourner de mon état je cédai à M. l'abbé Croizet et à M. de Laizer mes collections paléontologiques.2

En 1835 Auguste Bravard contrae matrimonio con Jeanne Henriette Amable Emma, la hija menor de Mr. Benoit Fayolle, funcionario del tribunal civil en primera instancia de Issoire y de Mme. Fanguet. Bravard mismo, en correspondencia con Laurillard, discípulo y futuro heredero de Cuvier, reconocía que su matrimonio había salvado su futuro como naturalista:

Mon travail et mon mariage avec la fille du greffier en chef du tribunal d' Issoire m'ayant procuré quelque aisance, j'ai pu consacrer depuis quelques années de l'argent et tous mes moments de loisir à la formation d'une nouvelle collection et je suis parvenu à des résultats que j'étais loin de prévoir car ma collection se compose en ossemens seulement de 4 à 9000 morceaux appartenant à plus de cent cinquante espèces perdues recueillies soit dans les terrains tertiaires d'eaux douce, soit dans les alluvions volcaniques anciennes soit enfin dans des cavernes ou fente de roches.

Y en efecto, el contrato matrimonial (Documento 1, Art. 4), aportaba una dote que satisfacía las necesidades de un coleccionista de fósiles avernos. Bravard representaba así uno de los muchos "amateurs" de las ciencias de provincia, que, con recursos familiares y/o procedentes de su ocupación principal, invertía parte de su tiempo y de su dinero en la formación de colecciones fósiles. Estos "amateurs", formados en las escuelas de minas provinciales y a través de las instrucciones, los catálogos y las ocasionales visitas a los profesores y a las instituciones metropolitanas, clasificaban -la mayoría de las veces ellos mismos- los ejemplares procedentes de sus excavaciones.

Emma Bravard, nacida Fayolle, parece haber participado del gusto por los fósiles, tal como lo reflejan los halagos de Laurillard al saber paleontológico de Madame Emma y de su capacidad para administrar la colección en ausencia de su esposo3. A. Bravard, miembro de la Masonería, como atestigua su propia firma, trabajaba con fondos propios y vendía sus colecciones al mejor postor sin un vínculo que lo ligara indefectiblemente a ningún particular, a ninguna institución ni a ningún país. Por otro lado, ella, quien con sus tres hijos permaneció en Issoire durante las estadías parisinas y americanas de Auguste (Doc. 2 y 3), administraba los fondos familiares, sería la heredera de las colecciones y se encargaría de reclamar los pagos atrasados por las colecciones sudamericanas (Doc. 4a) y de gestionar los pedidos de distintos museos europeos (Doc. 4b).

La Comuna de 1848 encontraría a Auguste Bravard en París a la espera de un puesto de Director de Monumentos o de Puentes de la nueva Francia (Doc. 2). El derrumbe de la misma marcaría una ruptura en la relaciones entre Bravard y el Muséum: sus antiguos aliados y competidores lo denunciarían como participante de la "politique rouge"4, mientras que Bravard, frente a la desilusión sufrida, intentaría refugiarse en su mundo de fósiles. En sus cartas decía renunciar "à toute espèce de participation, aux idées comme aux actes politiques" a la vez que se sumergía "de maniére absolue aux recherches paléontologiques".5 El mundo de la ciencia – que antes había aparecido como contrario al bienestar económico de la familia – volvía a aparecer como un mundo egoísta, lejano a la idea de participación en el presente. Bravard decidiría entonces dedicarse a los fósiles del Plata, valorizados por los viajes de D'Orbigny, Darwin y los envíos hechos a Europa por distintos corresponsales radicados en esta zona.

A. Bravard triangularía entre Londres, Issoire y Buenos Aires, activando en la primera los contactos con Richard Owen y quienes tuvieran información e interés en los fósiles de las pampas (Doc. 4). Emma se alertaría ante el comentario llegado a sus oídos de que su esposo no había perdido su interés por la política: Auguste debe desmentir que Londres lo atrae, además de por sus museos con osamentas pampeanas, por ser la residencia de Giuseppe Mazzini (Doc. 4). Como muestran los documentos, A. Bravard hizo sucesivos viajes entre el Plata y Europa, atraído por la riqueza fosilífera ratificada en su primera estadía (Doc. 4). Sin embargo, sus biografías insisten en presentarlo como un refugiado político de la Revolución de 1848, para ocultar, quizás, el hecho poco glorioso de que en unos de sus viajes aceptó cargos públicos en la Confederación Argentina (Podgorny, 2001), dejando a Emma y a sus tres hijos en Issoire. El terremoto de Mendoza de 1861 lo sorprendería como Inspector de Minas de la Confederación; sus últimas colecciones y láminas quedaron en Buenos Aires: las primeras fueron adquiridas por el Gobierno a la viuda en 1866, las segundas, publicadas por H. Burmeister en esos mismos años. Su documentación quedó desperdigada en sus mismos derroteros y todavía se desconoce el paradero de gran parte.

Emma, por su parte, parece haber sido mucho más que una excelente administradora de la herencia y los fondos provenientes de la venta de las colecciones de su esposo: los documentos dan indicios de su participación en las prácticas taxonómicas de la zoología de mamíferos y de su pericia para llevar a cabo tal tarea. De esta manera, podríamos decir que Emma Bravard representa a uno de esos personajes femeninos, poco visibles en la historia de la ciencia, pero indispensables en la logística de la práctica de disciplinas tales como la paleontología decimonónica. (Lopes, 2003) Un caso igual de interesante, y aún no estudiado, lo constituye la contribución de Léontine Poirier a la empresa fosilífera de los hermanos Ameghino. Casada con Florentino en París, su único reconocimiento público fue la familia de mamíferos fósiles Leontinidae, nombre con que su esposo bautizó al tipo de un animal con cuernos, a la manera de un rinoceronte, hallado por su cuñado en los estratos terciarios patagónicos. Todos estos casos hablan de empresas familiares (Podgorny, 1997, 2005), cuyos miembros giran alrededor de esta actividad costosa y con resultados económicos inciertos. Esta estructura de la práctica de la paleontología matiza la idea de la consolidación de la misma gracias al mecenazgo privado a gran escala (como las expediciones financiadas por Andrew Carnegie) o al apoyo estatal. Por el contrario, se trata de esfuerzos privados a una escala mínima y con costos personales altos: abandonos, engaños, mentiras, silencios. De alguna manera, constituyen un nodo fundamental para que la paleontología se consolide: así como Rudwick (1997) mostró el papel de la búsqueda de aliados internacionales de parte de los profesores parisinos para que el programa de la anatomía comparada de Cuvier se consolidase, la estructura familiar de los "aliados" hasta ahora no se ha estudiado en profundidad.

Por otro lado, a diferencia del caso de la famosa Mary Anning (1799-1847), "the greatest fossilist the world ever knew", "descubridora" del primer espécimen de ictiosauro y de plesiosauro (Torrens, 1995), Emma B. y Leontine, no podrían ser vistas como heroínas o exploradores con faldas: atienden librerías, cuidan a sus hijos, acompañan al campo al marido, sostienen la casa, corrigen manuscritos, para, luego, desaparecer de las biografías de sus esposos y de la historia de la ciencia. Estos documentos quieren mostrar algunas huellas para recuperar los indicios de su existencia.

 

Bibliografía

LOPES, Maria Margaret. Contribution to the institutionalization of gender studies in History of Natural Sciences in Brazil. Women Scholars and Institutions. Commission Women in Science of the International Union of History and Philosophy of Science Research Centre for the History of Sciences and Humanities. Praga, June, 8 a 11, 2003. Extended abstract. http://www.vcdv.cas.cz/women/prispevky/lopes.php

MEGE, F. Un naturaliste issoirien, Auguste Bravard. Clermont Ferrand, Editions Mont- Louis, 1886.

PENICAUD, Pierre. Henri Lecoq. Les fortunes d'un naturaliste à Clermont-Ferrand. Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont Ferrand, Clermont Ferrand, 2002.

PODGORNY, I. De la santidad laica del científico: Florentino Ameghino y el espectáculo de la ciencia en la Argentina moderna. Entrepasados, vol. 13, 1997, pp.37-61.

________. El camino de los fósiles: las colecciones de mamíferos pampeanos en los museos franceses e ingleses. Asclepio, vol. 53, nº 2, 2001, pp.97-116.

________. Bones and devices in the constitution of Paleontology. Science in Context, vol. 18, nº 2, 2005, pp.249-283.

ROCHE, Daniel. Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789. Mouton, Paris-La Haye, 1978, 2 vols.

RUDWICK, Martin. Recherches sur les ossements fossiles: George Cuvier et la collecte d'alliés internationaux. En BLANCKAERT, C. et alii (eds.) Le Muséum au premier siècle de son histoire. Paris, Muséum National d'Histoire Naturelle, 1997, pp.591-606.

TORRENS, Hugh. Presidential Address: Mary Anning (1799-1847) of Lyme; "the greatest fossilist the world ever knew". British Journal of the History of Science, vol. 28, 1995, pp.257-284.

 

 

Documentos

Archivos consultados:
Acervo Bravard, Muséum Henri Lecoq, Clermont-Ferrand, Francia.
Natural History Museum, Londres, Leg. DF 100/9 y "Owen Correspondence".
Archivo del Muséum National d'Histoire Naturelle, París : MN 638 MHN,
Documentos de la Familia de Madame Jean Monghal, Issoire.

Documento 1

Mariage entre Mlle. Emma Fayolle et Mr. Auguste Bravard 25 octobre 1835 (Museo Henri Lecoq)

Pierre Joseph Auguste Bravard, Architecte, Issoire, fils majeure de Jacques Alexis Bravard et de Madame Marie Julie Fargheon, propriétaires
Jeanne Henriette Amable Emma Fayolle, fille mineure de Mr. Benoit Fayolle, greffier du tribunal civil de première instance de l'arrondissement d'Issoire et de Mme. Marie Fanguet (Issoire)
Art 2 Il y aura Société d'aiquêts entre les futures épouses, cette société sera réglée conformément aux dispositions des articles quatorze cent quatre vingt dix huit et quatorze cent quatre vingt dix neuf du Code Civil, elle se composera de tous les benefits faits pendant le mariage tout en meubles qu'en immeubles chacun d'eux en aura la moitié en propriété, distraction, vente des remplois, reprises et indemnités concernant les propres des épouses.
Art. 4 Mr. Fayolle en considération du présent mariage constitué en dot à la future épouse qui l'accepte une Pension annuelle de deux cents francs dont le capital ne sera point exigible et qui sera payable à Issoire au domicile de Mr. Fayolle en espèces métalliques a (…) pour le premier (…) Un an après la célébration du mariage.
Cette Pension ne sera plus exigible dès puis tans que Mr. Fayolle cessera ses fonctions de greffier.
Art. 5 La future épouse apporte en mariage et se constitue en dot son trousseaux composé des Luiges et vêtements à son usage personnel estimé à la somme de cinq cents francs, sans que cette estimation emporte vente au profit du futur qui en demeurera néanmoins chargé vis à vis du futur par le seul fait de la célébration du mariage.
Art 6 Le père et mère de la future épouse promettent de lui livrer à titre d'avancement d'hoirie le jour du mariage dont le célébration voudra quittance différents objets mobiliers dont le détail a été jugé inutile par les parties (…) et qui ont la valeur a la somme de tris cents francs.
Art.7 En considération du présent mariage M. de Bravard avec l'autorisation de son mari constitue en dot de son chef et en avancement d'hoirie au futur époux qui l'accepte, la pleine et absolue propriété d'un champ au terroir de Bizalet dépendance d'Issoire contenant à peu près cinquante ares

Documento 2

Carta 1 (Museo Henri Lecoq)

Ma chère Emma (mai 1848, París)
Les journaux vous ont annoncé l'acte de folie dont quelque (…) se sont rendre coupables. Un gouvernement provisoire composte d'hommes dont quelques (…) portent des noms méprisés et à juste titre méprisables a été proclamée par une foule égaré. C'est à la suite ou plutôt pendant et à l'occasion de la magnifique manifestation en faveur de la (…) que tout cela a eu lieu mais tout et bientôt rentré dans l'ordre et depuis un grand nombre de personnes ont été arrêtés.
Tout est tranquille maintenant. Je n'attendais à recevoir une lettre de toi, en réponse à celle que je t'ai écrite. Tu le devrais et tu ne l'as pas fait hâte toi de réparer cet oubli et écris moi di tu as touché le montant de notre mandat. Dans ce cas tu m'envois 300 fr et même 400 fr ; car j'aurais quelques (…) à faire.
Je vais à présent que les choses ont pris une direction qui paraît définitive m'occuper de moi : –– tacher d'obtenir un emploi qui m'éloigné d'Issoire. Je pense que d'ici à huit jours je pourrai me mettre en route.
Ton ami A Bravard (firma con los tres puntos)
Envoi moi cet argent par la poste : 27 rues des bons enfants. Dis à Madame Pissis que son mari la porte bien et est à présent chez moi.

Carta 2 (Museo Henri Lecoq)

A la Citoyenne Emma Bravard
Issoire
Paris, le 10 mai 1848
La Commune de Paris, Moniteur de Clubs
Rue de Rivoli, 16

Ma chère amie,
Je n'ai pu et je n'ai de t'écrire avant aujourd'hui. Les affaires sont aussi incertaines les événements si énigmatiques que je n'avais rien à te dire. Il est que tiens pour moi, ou d'une inspection de monuments ou d'une inspection de portes.
Je me pressé par la (…) de la (…) parce que d'un moment à l'autre la (…) actuel peut être bruyée et détruite tous dépend de la marche et de la direction de la assemblé nationale. C'est donc purement et simplement pour te donner des mes nouvelles que je t'adresse ce quelques notes.
Devergel ce du te dire que j'avais reçus un mandat de quatre mille francs. Je le trouvais à Clermont en passant et je le lui laissai tout signé pour qu'il peut en toucher le (…) Si tu aurais besoin d'argent tu peux t'adresser à lui.
Je ne sais combien de tems je serai encore à Paris mon séjour ne peut être bien long mais enfin il faut que je régularise et que j'acertaine ma position.
Adieu Je t'embrasse mille fois ainsi que nos enfants.
Ton ami
ABravard (firma con los tres puntos)
Rue des bons enfants 27
J'ai vu Pissis, il est actuellement avec moi vois la femme et dis lui qu'il se porte bien

Documento 3

Carta de Auguste Bravard a Emma, Museo Henri Lecoq
Buenos-Ayres, 1 mai 1853

Ma chère Emma,
Je suis revenu de l'entre rios avant hier et j'ai trouvé ici ta lettre du mois de mars et celle arrivé le 22 avril. J'ai été content surtout de cette dernière parce que elle me dispense de te donner des explications sur des bruits absurdes, auxquels je le vois avec plaisir tu n'ajouter aucune foi, qu'il te suffite de savoir que je ne connais aucune personne (du … que t... m'indiquer .. que) je n'ai non plus jamais parlé à M. Mazzini que je n'ai même jamais vu de la vie, en voila je peut plus qu'il n'en faut sur ceux deux sujets.
Je vais tout en me reposant des fatigues de mon voyage, emballer cette semaine les abondantes récoltes que j'ai faites dans mes coustes, à présent je compte trente six espèces et presque autant de genres tous nouveaux pour la science et presque tous représentés par des squelettes entiers. Le prochain navire qui partira pour France sera chargé du transport de mes caisses et j'espère d'ici à quinze jours pouvoir les expédier. J'aurais bien attendre pour les transporter avec moi; mais comme la ville dejá bloquée par terre l'était également depuis le 23 par mer, et que cet état peut se prolonger j'ai préféré les faire sortir de Buenos (...) dans le mois, de lai accordé pour la sortie et le changement des navires qui sont dans le port.
Malgré que j'ai fait beaucoup pendant mon séjour ici, la guerre qui dure depuis le 4 décembre, c'est à dire depuis 19 jours après mon arrivée ne m'a pas permit de sortir autant que je l'aurais désiré et je dois m'(…) bien beaucoup d'avoir trouvé dans l'enceinte même de la ville autour de précieux objets que j'en ai recueillis. On vient de me signaler à 25 ... d'ici à la Guarda de Luxan l'existence de cinq squelettes d'animaux Gigantesques je vais tacher d'obtenir un sauf conduit et une escorte pour les avoir. De là j'irai visiter la Bande orientale dans la république de l'Uruguay et je viendrai à Montevideo d'où je m'embarquerai pour venir vous rejoindre. Je pense que tout cela me prendre deux mois; en y ajoutant deux mois pour la traversée cela me conduit à la fin de mois d'août.
C'est bien du tems; mais aussi le voyage que j'ai fait ne s'accomplit pas ... fin dans la vie; il vaut donc mieux y consacrer deux mois de plus et le rendre le plus utile et surtout le plus profitable possible. À mon retour qui comme tu le vois aura lieu aux environs de la fête nous nous concerterons pour la meilleure partie à tirer de ma collection. Je t'envoie sur la ½ faise ci jointe ma signature en blanc.
Adieu, le tem me ... bien d'être auprès de vous tour; aussi je fais ce que je peux hâte mon retour.
Mes amitiés à Théodor à qui j'écrirai de Montevideo, à Grosseiser, à la femme, à fou... et ... en un mot à tous nous amis et à tous nous parents.
Pour toi et les enfants mille bon- baiseur que je voudrai tout vous donner moi même

Ton ami, A Bravard (firma sin los tres puntos)

Carta de A. Bravard a Richar Owen (Owen Correspondence, Vol. 5, Bra-Bro : 23, BMNH)
Buenos Ayres, 12 Juin 55

Mon Cher Monsieur Owen,
J'ai en le regret de quitter Londres sans vous voir; vous étiez á la campagne et le jour de mon départ était fixé; la chose n'était donc pas possible. Parti le 18 de septembre, je suis arrivé ici le 8 de décembre, j'ai donc eu une traversie de 80 jours bonne d'ailleurs sous tous le rapports.
Depuis mon arrivée sur cette terre si riche pour la paléontologie et l'histoire naturelle en général, mais si pauvre sous tous les autres rapports, mes investigations se sont portées spécialement sur le bord de la Plata, et je vous annonce avec plaisir que vous éprouverez vous même, que j'ai eu dans ces nouvelles recherches, le même bonheur que dans mes travaux antérieures. La faune antediluviénne de l'Amérique du sud prend maintenant d'énormes proportions; avant moi, l'on en connaissait seulement que huit espèces de cette faune; dans mon voyage de 1852-1853 j'en avait porté le nombre á 25; aujourd´hui mes catalogues en comprennent 40; et je dois ajouter que toutes les incertitudes qui pouvaient exister relativement a mes déterminations et mes appellations antérieures sont d'ou á présent dissipées en ce qui concerne la partie qui dans mes travaux pouvait être considérée comme des prévisions incertaines.
Entre autres de mes découvertes nouvelles je citerai trois nouveaux carnassiers, deux rongeurs, deux tatous (Dasypus), un Glyptodon que je nomme Giganteus et dont chacun des fémurs pèse 75 livres, une espèce peut être même deux de l'animal auquel j'ai donné le nom générique de Typotherium, deux nouveaux ruminants et un cheval que je crois être un hyptherium a cette nomenclature j'ajouterai trois espèces d'oiseaux. Enfin je possède jusqu'à jour d'huit plus de 3000 spécimens constituant des squelettes parfaitement entiers; et ce viert là, je l'espère de moins, que peu de chose en comparaison de ce que j'ai encore à faire, car je suis parfaitement résolu a en quitter le sol américain que lorsque je serai complètement édifié sur ce qu'il recèle dans son sein.
J'ai porté avec moi un instrument puissant et tout ce qui est nécessaire pour photographier. J'avais le désir de vous envoyer le dossier des pièces les plus remarquables de mes collections; mais les travaux d'ordre et de restauration, n'en m'ont pas encore permis d'accomplir ce désir.
A en prévoir même pas, que je puisse mettre ce projet 'a exécution avant deux mois; soyez toutefois bien certain qu'aussitôt que la chose me sera possible, je m'empresserai de vous envoyer les figures photographiées des pièces que je .. avoir pour vous le plus importants.
En vous remerciant encore du cadeau que vous m'avez fait de vos magnifiques publications, permettez moi de vous exprimer le regret que j'éprouve que vous n'ayez pas pu mettre a ma disposition un exemplaire de monographie du genre Glyptodon. Les fouilles que j'ai pratiquée m'ont fourni un assez bon nombre d'espèces de ce genre, Espèces d envanat parfaitement établies. Je crois me rappeler que vous me reprochiez d'avoir multiplier un peu trop les espèces; vous pensiez par exemple que le reticulatus et celui que j'ai nommé Geometricus pouvaient bien en représenter que les différences d'age? Aujourd'hui que je suis en possession de squelettes de ces deux espèces, aussi parfaits que les besoins de l'anatomie comparée peuvent le faire désirer, je puis vous assurer que les différences spécifiques en reposent pas seulement sur la variété du dessin des armures osseuses mais que les squelettes eux mêmes présentent d'importants caractères de distinction ainsi l'humérus du premier est percé d'un troce au dessus des condyles, comme dans les felis tandis que dans le Geometricus ce troce n'existe pas.
Enfin je suis heureux de vous annoncer le bon résultat de mes recherches d'autant plus que je pourrai former deux collections a pré prés semblables et cette fin il me sera possible d'en céder une a votre magnifique musée.
Mes découvertes n'en se sont pas bornées à l'histoire naturelle. J'ai rencontré aussi un jeune et digne américain auteur d'une invention extrêmement remarquable; elle a pour but la suppression absolu des sondes de toutes sortes employées dans les maladies des voies urinaires, soit pour la facité de l'ecoulessment des urines, soit comme préliminaires indispensables de l'opération de la pierre. Le jeune inventeur n'est pas médecin mais il est malheuresement atteint d'une rétention d'urine qui l'a mis en contact avec le médecin et tout l'épouvantable apparent des sondes. Les supplices que leur application lui ont fait si longtemps endurer l'ont conduit a rechercher des moyens moins douloureux et d'une application plus facile, ses recherches ont été couronnées du succès les plus entier. J'ai vu et examiné avec la plus grande attention son nouvel instrument et je suis ce convaincu qu'il doit faire disparaître tout a fait les moyens que l'on emploi aujourd'hui. Il a fallu a ce jeune homme bien des recherches bien des totomemeuns, bien de la constance pour arriver a ce résultat, mais enfin il a vaincu toutes les difficultés il a reversée tous les obstacles et aujourd'hui en mettant a la disposition des chirurgiens, la sonde qu'il a inventé il est incontestable qu'il rendre a la science et a l'humanité un immense service, a la science en rendant plus facile les opérations, a la humanité en supprimant les douleurs. Du reste je joins a ma lettre la description de cet instrument qui vous mettra plus a même de juger de son mérite que tout ce que je pourrai vous en dire. On avait conseillé à M Rosquelles de prendre en Angleterre et en France des patentes, mais son caractère et son éducation le plaçant tout a fait en dehors des idées et des habitudes mercantiles de moyen lui a répugné. Il consent de tout son cœur de doter l'Europe des bienfaits de son invention mais n'étant pas riche et sa maladie en lui permettant pas de se livrer au travail il n'y consentirait qu'on échange d'une honorable récompense que lui accorderaient soit le Gouvernement Anglais soit le gouvernement français.
J'ai pense que cette communication pourrait vous être personnellement agréable et en dehors de cela que votre position vous permettrais d'être utile a M. Rosquelles mon ami, je n'ai pas hésité a vous la faire, certain que vous lui donnerez pour la succès qu'il attend de la découverte de bon et d'efficace conseil.
PS: son invention a reçu l'approbation de divers médecins du Pays soit français soit anglais, qui de la considération publique.
Soyez assez bon pour me répondre le plutôt que vos occupations pourront vous leur permettre et me croire votre ami dévoue

A. Bravard
A Buenos Ayres

Documento 4a y b

Carta 1, Emma Bravard, 27 de mayo de 1861, Issoire, de luto (DF 100/9, BMNH)

Monsieur le Directeur,
C'est pour obtenir des vous quelques renseignements qui me seraient très- utiles, que je vous ´écris aujourd'hui persuadée que vous répondrez á la demande d'une mère qui se trouve sous le coup terrible de la perte d'un époux.
Vous connaissez sans doute le tremblements de terre qui a englouti Mendoza et ses habitants; malheuresement mon mari, M. Auguste Bravard, quoi que n´habitait pas cette ville, se trouve du nombre des victimes. Un de ses amis en nous apprenant cette terrible nouvelle, m'engage á en pas perdre de temps pour m'occuper des affaires matérielles, c'est pour cela, Monsieur, que n'étant pas encore en possession des pièces qui concernent la vente qu'il vous a faite il y a quelques mois d'une collection de fossiles, je vous prie de vouloir bien me dire quelles sont les sommes qui ont été reçues par mon mari, et quelles sont celles qu'il reste encore a toucher. Connaissant votre obligeance, j'ose espérer, monsieur, que vous serez assez bon pour n'en pas me faire attendre votre réponse.
Veuillez agréer, en attendant, avec mes saluts empressés, l'assurance de ma vive reconnaissance.
E. Bravard

Veuillez me rappeler au souvenir de Mme. et de M. Layelle
Mon adresse:
Mme. Emma Bravard
Rue des Caves
Issoire
Puy de Dôme
France
Issoire, le 27 Mai 1861.

Carta 2 (Museo Henri Lecoq)
Louvain, 27 juillet (?) 1861

Madame,
En passant par Darmstadt, M. le Dr. Kaup m'a assuré que vous possédez encore une tête de Smilodon en plâtre ? Dans le cas que vous désiriez vous en défaire, puis- je vous prier Madame de vouloir bien m'en informer. Je tien beaucoup a compléter notre collection paléontologique ?
Recevez, Madame, l'assurance de mes sentiments très distingués,
Vans Beneden, directeur du musée de Louvain, Belgique.
M. Kaup m'a parlé aussi de Cainotherium

 

 

Recebido para publicação em janeiro de 2006, aceito em março de 2006.

 

 

* Pude visitar el Archivo Bravard del Museo Henri Lecoq de Clermont-Ferrand, gracias un subsidio de la Fundación Alexander von Humboldt durante mi estadía en el Seminario de Estética del Prof. F. Kittler en el año académico 2002-3. En ese marco, agradezco a su director Pierre Pénicaud y a todo el personal del museo por su ayuda y hospitalidad en ese caluroso julio de 2003, a la familia de Madame Jean Monghal de Issoire, heredera de Emma Bravard, y a Bernard Cazaban, quien inició las gestiones para que esa visita se realizara. La visita a los archivos del Muséum National d'Histoire Naturelle de París fue realizada en 1999 y financiada a través de un Proyecto Ecos-SECYT.
1 En ese mismo año la palabra paleontología acababa de ser introducida por Henri Ducrotait de Blainville, profesor del Muséum de Historia Natural de París. En los primeros decenios del siglo XIX, recordemos, el estudio de los fósiles se hallaba ligado a la orictología y orictognosia y a los recientes estudios geológicos. Por otro lado, la palabra geología había sido acuñada por Deluc en 1779.
2 Carta de Bravard a Laurillard, del 23 de diciembre de 1847 (MN 638 MHN – Paris).
3 Carta de Bravard a Laurillard, del 23 de diciembre de 1847: "Madame Bravard vous remercie de votre bon souvenir et surtout de l'excellente opinion que vous avez de son savoir paléontologique. Elle est parfaitement disposé, lorsque je serai absent d'Issoire a vous tenir au courant des résultat de mes recherches" (MN 638 MHN - Paris).
4 Carta de Croizet a Laurillard, 30 octubre 1850 (MS 638 MNHN).
5 Carta de Bravard a Laurillard, 27 Juillet 1849 (MS 638 MNHN).