Contribuição ao conhecimento dos Pseudachorutinae da Amazônia (Collembola)

Roger Arlé Elisiana Rufino Sobre os autores

Resumo

Três espécies novas são descritas, sendo uma no gênero Pseudachorutes Tullberg, 1871 e duas no gênero Furculanurida Massoud, 1967. Este último gênero é pela primeira vez assinalado no Brasil, sendo as espécies conhecidas, em número de três, africanas. Tecidas ainda algumas considerações sobre bionomia e, principalmente, sobre a ocorrência de manchas ou faixas de cor amarela ou branca em certas espécies de Pseudachorutini, assinalando o caso de Arlesia albipes Folsom e o aparecimento de variação de padrão em Brasilimeria Stach.

Résumé

Localité type

Nous décrivons 3 espèces nouvelles de Pseudachorutinae a savoir: Pseudachorutes herberti sp. n. (Figs. 1-12) Coloration: bleue-noire. Un dessin jaune vif caractéristique occupe le Thorax I entièrement, Abd. I moins la partie centrale du tergite et Abd. V entièrement. L'habitus et le type de coloration rappèlent beaucoup Aethiopella tournieri Delamare Deb., 1951, espèce africaine de la Côte d'Ivoire, qui par son postantennaire moruliforme est classée dans le genre Aethiopella. La mandibule de notre espèce (Fig. 2) est caractéristique et il n'y a pas de confusion possible. : rio Cuieiras, près de Manaus (Amazonas) 22/11/1974. Furculanurida belemensis sp. n. et F. goeldiana sp. n. Par la réduction du nombre de cornéules (respectivement 5-5 et 7-7) ces 2 espèces s'écartent du type Pseudachorutes et se place naturellement clans te genre Furculanurida Massoud. 1967 genre essentiellement caractérisé par la réduction ou absence des yeux, en relation à Pseudachorutes. Ces 2 espèces sont extrêmement proches l'une de l'autre, le nombre de cornéules les sépare ainsi qu'une forme différente de la mandibule (Figs. 15 et 23). Nous pourrions évoquer de l'affinité avec Neotropiella et surtout avec Arlesia admettant diverses lignes d'évolution du postantennaire. Considérant les espèces de Pseudachorutinae à dessins jaunes nous confirmons certaines observations de Bellinger (1960) à la Jamaique en relation avec la présence de ces formes en forêt d'altitude. A la latitude de Rio de Janeiro ces mêmes formes ornées sont l'apanage des forêts nuageuses de montagnes (Serra dos Órgãos, Itatiaia, Mantiqueira), comme cela se passe d'ailleurs en Afrique Orientale. Dans ces forêts une humidité à saturação permet à ces animaux une activité en surface. Il s'agirait d'une coloration prémonitoire étant donné la nature toxique ou répugnante de l'hémolymphe des poduromorphes qui, selon l'opinion générale sont rejetés par la plupart des prédateurs. Dans le bassin de l'Amazone, a l'exception de Pseudachorutes massoudi Arlé à ornementation blanche et Pseudachorutes herberti sp. n. ici décrit, nous ne connaissons actuallement que des espèces de couleur uniformément sombre.

Texto disponível apenas em PDF

Datas de Publicação

  • Publicação nesta coleção
    Mar 1976
Instituto Nacional de Pesquisas da Amazônia Av. André Araujo, 2936 Aleixo, 69060-001 Manaus AM Brasil, Tel.: +55 92 3643-3030, Fax: +55 92 643-3223 - Manaus - AM - Brazil
E-mail: acta@inpa.gov.br