Valeur, rente et "immaterialite" dans le capitalisme contemporain

Le capitalisme contemporain est marqué par une jonction croissante entre la production traditionnelle de produits "physiques" et la création de biens et de services immatériels remplacés par les informations, les connaissances ou les appels artistiques/culturels dont ils disposent. Les nouvelles technologies qui modifient les processus de travail et remettent en cause la théorie de la valeur développée par Marx rendent ce scénario possible. Le but de cet article est de poser le problème à partir des interventions d'auteurs brésiliens dont les conclusions suivantes convergent: la science et la technologie sont mobilisées pour produire des biens "sans valeur" et, par conséquent, l'appropriation capitaliste assume un caractère de plus en plus rentiste. Il est donc possible d'analyser un tel processus à partir des déterminations de la théorie de la valeur de Marx qui mènent à l'autonomisation de la forme capital par rapport à ses contenus. On peut ainsi faire valoir qu'au lieu d'être obsolète, la valeur subit une transformation qualitative et se maintient en tant que norme productive, même si c'est de manière "démesurée".

Valeur; Revenus; Travail immatériel; Capitalisme; Marxisme


Universidade Federal da Bahia - Faculdade de Filosofia e Ciências Humanas - Centro de Recursos Humanos Estrada de São Lázaro, 197 - Federação, 40.210-730 Salvador, Bahia Brasil, Tel.: (55 71) 3283-5857, Fax: (55 71) 3283-5851 - Salvador - BA - Brazil
E-mail: revcrh@ufba.br