Accessibility / Report Error

Weber et la venue du neuf

Établir la distinction entre le vieux et le neuf et montrer comment on passe de l'un à l'autre sont des enjeux primordiaux dans la sociologie de la religion de Max Weber. Dans cet article, on montre comment Weber les a traités ainsi que ses difficultés à les affronter. Pour Weber, la transition du vieux vers le neuf exige une certaine "transformation de l'âme humaine", ou bien une rupture tranchée avec les types de mentalités tenues pour traditionnelles. On propose que cette conception l'a mené à considérer des ruptures inexistantes (par exemple entre les esprits luthériens et calvinistes) et à ne pas s'apercevoir de ruptures importantes (par exemple, entre la tolérance particulière à nos jours et celle d'époques précédentes). On conclut qu'il y a une analogie entre la sociologie webérienne de la religion et la physique aristotélicienne et que, à la lumière de cette analogie, on peut mieux comprendre ce que Weber veut signifier lorsqu'il affirme que des transitions historiquement significatives demandent une "transformation de l'âme humaine".

sociologie de la religion; pensée webérienne; traditionalisme; sectarisme protestant; tolérance religieuse


Instituto de Estudos Sociais e Políticos (IESP) da Universidade do Estado do Rio de Janeiro (UERJ) R. da Matriz, 82, Botafogo, 22260-100 Rio de Janeiro RJ Brazil, Tel. (55 21) 2266-8300, Fax: (55 21) 2266-8345 - Rio de Janeiro - RJ - Brazil
E-mail: dados@iesp.uerj.br