Entre Accommodement et Intransigeance: Le Frère vu par Freyre

RÉSUMÉ

Cet article fait partie d’une recherche plus large sur les diverses facettes de la pensée conservatrice brésilienne. On aborde ici deux d’entre eux: l’Ultramontanisme et le Conservatisme Culturaliste, representes, respectivement, par D. Vital et Gilberto Freyre. L’objectif est de discuter de la signification de l’éloge de Freyre pour l’action de l’évêque d’Olinda lors de la question religieuse. Comment concilier la logique accommodante, qui émane de ses thèses sur la formation sociale brésilienne (parmi lesquelles nous soulignons sa discussion sur le catholicisme lyrique colonial), avec les intransigeances ultramontaines? La clé pour comprendre le paradoxe apparent, soutient-on, est double: elle s’explique à la fois par les critiques répétées de Freyre sur l’agenda libéral et par ses efforts pour encadrer la formation de D. Vital dans le cadre de la société patriarcale.

Pensée Sociale Brésilienne; Conservatisme; Question Religieuse; Ultramontanisme; Gilberto Freyre

Instituto de Estudos Sociais e Políticos (IESP) da Universidade do Estado do Rio de Janeiro (UERJ) R. da Matriz, 82, Botafogo, 22260-100 Rio de Janeiro RJ Brazil, Tel. (55 21) 2266-8300, Fax: (55 21) 2266-8345 - Rio de Janeiro - RJ - Brazil
E-mail: dados@iesp.uerj.br