Accessibility / Report Error

L'aberration carcerale a la française

L'analyse de la subite boulimie carcérale affichée par la France depuis 2001 montre que se servir de la prison à la manière d'un aspirateur social pour nettoyer les scories des transformations économiques apportées par le néolibéralisme est une aberration. Outre que l'évolution de la criminalité en France ne justifie pas l'essor fulgurant de sa population carcérale, la criminologie comparée établit qu'il n'existe nulle part de corrélation entre taux d'emprisonnement et niveau de la criminalité. Le recours réflexe à l'incarcération pour juguler les désordres urbains est un remède qui aggrave bien souvent le mal qu'il est censé guérir en renforçant la marginalité économique, l'aliénation sociale et le sentiment d'injustice des condamnés car la contention carcérale frappe disproportionnellement les catégories sociales les plus fragiles économiquement et culturellement. Il est irréaliste de prétendre traiter les illégalismes mineurs avec un outil aussi grossier et inefficient que la prison et il est urgent de reconnecter le débat sur la délinquance avec la question sociale majeure du siècle naissant à laquelle il fait aujourd'hui écran: l'avènement du salariat désocialisé, vecteur d'insécurité sociale et de précarisation matérielle et mentale.

France; système pénitentiaire; crime


Instituto de Estudos Sociais e Políticos (IESP) da Universidade do Estado do Rio de Janeiro (UERJ) R. da Matriz, 82, Botafogo, 22260-100 Rio de Janeiro RJ Brazil, Tel. (55 21) 2266-8300, Fax: (55 21) 2266-8345 - Rio de Janeiro - RJ - Brazil
E-mail: dados@iesp.uerj.br