Relations entre les collectifs avec les Journées de Juin

Olívia Cristina Perez About the author

Résumé

Cet article traite des organisations politiques dénommées collectifs et de leurs relations avec le cycle de manifestations connu sous le nom de Journées de Juin 2013. La recherche exploratoire a interviewé des membres de 21 collectifs de la ville de Teresina et a systématisé l'information de 725 pages de collectifs enregistrées sur le réseau social Facebook. Les résultats indiquent que les collectifs ont été créés principalement au cours des six dernières années et que certains membres ont connu la forme d'organisation politique de type collectif après les Journées. En plus de cette relation, les collectifs critiquent les partis politiques traditionnels et les organisations à cause de la présence de hiérarchies et de leur inefficacité. Les critiques du gouvernement et des partis étaient également présentes aux Journées. C'est précisément pour s'opposer à ce modèle d'organisation politique que certains collectifs préconisent des pratiques plus autonomes et horizontales. Pour comprendre l’émergence d’organisations après les manifestations, on reprend les concepts les théoriciens des mouvements sociaux. Ce texte contribue aux études sur la mobilisation sociale en analysant les héritages des Journées, tels que le soutien aux collectifs.

collectifs; Journées de Juin; antipartisanisme

Centro de Estudos de Opinião Pública da Universidade Estadual de Campinas Cidade Universitária 'Zeferino Vaz", CESOP, Rua Cora Coralina, 100. Prédio dos Centros e Núcleos (IFCH-Unicamp), CEP: 13083-896 Campinas - São Paulo - Brasil, Tel.: (55 19) 3521-7093 - Campinas - SP - Brazil
E-mail: rop@unicamp.br