Le Projet Unesco et l'agenda des sciences sociales dans le Brésil des années 40 et 50

Marcos Chor Maio

Le article a pour but de décrire le processus de structuration du cycle d'études sur les relations raciales au Brésil, parrainé par l'Unesco au début des années 50. En relevant l'action de certains acteurs sociaux et leurs visions respectives à propos de la tâche à être entreprise au Brésil, il a été possible de vérifier les liens entre les demandes de l'organisation internationale et l'éventail de questions formulées par les sciences sociales brésiliennes. Cet agenda, résumée par Arthur Ramos à la fin des années 40, proposait aux têtes pensantes du pays, insérées dans le monde universitaire, le défi d'associer la qualification professionnelle dans les domaines de l'Anthropologie et de la Sociologie au développement de recherches capables de déchiffrer ce que l'anthropologue considérait être la singularité brésilienne, le "laboratoire de civilisation". Pour Arthur Ramos, le thème des relations raciales revêtait une position privilégiée pour la perception et l'analyse des défis de transition du traditionnel vers le moderne, du scénario de significatives inégalités sociales et raciales, de la diversité régionale et de la recherche des contours. En bref, ce thème permettait de percevoir et d'analyser une identité nationale.

Unesco; Relations raciales au Brésil; Histoire des sciences sociales au Brésil; Pensée sociale brésilienne; Arthur Ramos; Race


Associação Nacional de Pós-Graduação e Pesquisa em Ciências Sociais - ANPOCS Av. Prof. Luciano Gualberto, 315 - sala 116, 05508-900 São Paulo SP Brazil, Tel.: +55 11 3091-4664, Fax: +55 11 3091-5043 - São Paulo - SP - Brazil
E-mail: anpocs@anpocs.org.br