Evaristo de Moraes Filho et la majorité des travailleurs brésiliens

Cet article propose une relecture du livre d'Evaristo de Moraes Filho, publié il y a 50 ans, intitulé "Le problème du syndicat unique au Brésil: ses fondements sociologiques" (1952). Contrairement à ses contemporains, l'auteur refuse les hypothèses d'une théorie de l'incapacité des brésiliens, en attribuant aux travailleurs leur majorité pour se battre pour leurs droits. Pour mettre en évidence le rôle important des luttes ouvrières dans la constitution des lois du travail, Evaristo de Moraes Filho se sert des outils sociologiques, en opposant à la fois les conceptions normative-doctrinaires des juristes et les thèses sur le manque de solidarité, formulées par les scientistes politiques brésiliens. Nous soutenons que la position du sociologue et du juriste à l'égard de la positivité des associations syndicales, résulte de l'encadrement théorique et conceptuel adopté, qui exclut les notions de retard et de sous-développement.

Modernité et association par intérêt; Sociologie et Droit; Manque de solidarité; Caractère national


Associação Nacional de Pós-Graduação e Pesquisa em Ciências Sociais - ANPOCS Av. Prof. Luciano Gualberto, 315 - sala 116, 05508-900 São Paulo SP Brazil, Tel.: +55 11 3091-4664, Fax: +55 11 3091-5043 - São Paulo - SP - Brazil
E-mail: anpocs@anpocs.org.br