La claustration féminine dans le monde Ibéro-Atlantique: Pernambouc et Portugal aux XVIe et XVIIIe siècles

Assurer la protection de la descendance féminine a toujours été une préoccupation des familles du monde ibéro-atlantique sous l'Ancien Régime. Lorsqu'on ne pouvait pas marier les jeunes femmes avec des gens de bien, les mettre à l'abri dans des maisons de claustration pour leur off rir une condition constituait une option possible et, dans bien des cas, une manifestation d'affection de la part des géniteurs. Les espaces de claustration possédaient de multiples fonctions ; ils permettaient de garantir cette protection tant recherchée et de préserver leur honneur, tout en donnant la possibilité de mener une vie de dévotion à celles qui en avaient la vocation. Mais de manière contradictoire, ils devinrent des espaces de captivité pour celles qui, d'une manière ou d'une autre, rompaient les frontières à l'intérieur desquelles les femmes avaient le droit de se mouvoir. Ainsi, dans cet article, nous essaierons de démontrer comment la claustration institutionnalisée faisait partie du quotidien des femmes et des familles de la société de l'Ancien Régime.

femme; noblesse; claustration; Ibéro-Atlantique


EdUFF - Editora da UFF Instituto de História/Universidade Federal Fluminense, Rua Prof. Marcos Waldemar de Freitas Reis, Bloco O, sala 503, 24210-201, Niterói, Rio de Janeiro, Brasil, tel:(21)2629-2920, (21)2629-2920 - Niterói - RJ - Brazil
E-mail: tempouff2013@gmail.com