Dados, Volume: 40, Issue: 3, Published: 1997
  • NOTA EDITORIAL

  • COLABORAM NESTE NÚMERO

  • Governabilidade, Governança e Democracia: Criação de Capacidade Governativa e Relações Executivo-Legislativo no Brasil Pós-Constituinte

    Santos, Maria Helena de Castro

    Abstract in French:

    Dans cet article on confronte tout d’abord les concepts de gouvernabilité et d’état de gouvernance selon l’usage qu’en fait la littérature actuelle, tout en suggérant aux chercheurs d’employer la formule "capacité à gouverner". Compte tenu du contexte des réformes économiques et de démocratisation, l’un des éléments essentiels de cette capacité à gouverner consiste dans l’établissement de bons rapports entre le pouvoir exécutif et le législatif. A partir de l’étude des politiques de fond des gouvernements Collor et Itamar Franco, l’auteur se démarque de la littérature brésilienne sur le sujet pour affirmer que si, d’un côté, la plupart des politiques de stabilisation et de libéralisation économique – produit de burocraties relativement isolées – sont insuffisamment appliquées, d’autre côté les politiques de réforme structurelle (sécurité sociale, privatisations, réformes administrative et fiscale) soumises au Congrès présentent des défauts de formulation et de mise en place. On relève la complexité du stade de formulation de ces politiques, tout en montrant les causes, parmi lesquelles la difficulté du gouvernement de construire une majorité stable au Congrès. Ce fait mène souvent le pouvoir exécutif à des négociations difficiles en vue de faire approuver sa politique et, par conséquent, à des niveaux d’échange conflictuels avec le pouvoir législatif. Les gouvernants sont donc tentés de privilégier le camp relativement restreint des burocraties au détriment du parlement, ce qui a de claires conséquences sur le processus de démocratisation du pays. C’est à partir de ce cadre que se pose la question de savoir quel type de démocratie nous pouvons ou nous sommes prêts à construire

    Abstract in English:

    The article first offers some considerations regarding the concepts governability and government as used in the recent literature and, for analytical purposes, suggests the term governing capacity. In a context of economic reforms and democratization, Executive-Legislative relations form one of the key elements of governing capacity. Contesting Brazilian literature on this topic, the article grounds itself in basic policies on the agendas of the Collor and Itamar Franco administrations to argue that if there is a deficit in the implementation of a good share of economic stabilization policies and policies to open up trade, produced within relatively insulated bureaucracies, at the same time the structural reform policies submitted to Congress (social welfare, privatization, administration, taxation) have fallen short not just in the realm of implementation but in the realm of formulation as well. Underscoring the complexity of the policy-making phase, the text cites some causes, such as problems the government encounters in building stable majorities within Congress. Given this difficulty, the Executive must often engage in tough negotiations to get governmental policies approved, and it ends up entering into a pattern of conflict in its interactions with the Legislative branch. As a consequence, government leaders are tempted to favor the relatively insulated arena of bureaucracies over the parliament, with foreseeable consequences for the process of democratization within Brazil. Based on this scenario, the article asks what type of democracy Brazil can or is willing to build
  • Argumentos em Torno de um "Velho" Tema: A Descentralização

    Souza, Manoel Tibério Alves de

    Abstract in French:

    A partir de la littérature actuelle, l’auteur examine les politiques de la réforme du secteur public au Brésil pendant les années 90. Il cherche à analyser les principes qui guident les réformes en question, surtout celles qui concernent la décentralisation. Sur le mode de la comparaison, il essaie d’analyser les repères fondamentaux qu’on retrouve dans les calendriers de programme de réformes, par l’observation de la réthorique des conservateurs et des progressistes. Il détecte des points d’innovation, leurs contraintes et opportunités, ainsi que des résistances. Il suggère que le mouvement pour la décentralisation doit être envisagé par les agents décideurs comme un instrument de valorisation de l’action publique et d’élargissement-renforcement de la citoyenneté

    Abstract in English:

    The article is concerned with the reform of the Brazilian State in the 1990s. Its main objective is to analyze the principles guiding these reforms, with a focus on the principle of decentralization. It undertakes a comparative analysis of agenda-setting, based on conservative and progressive theses. Innovative points and their weaknesses, limitations, and potentialities are considered in analytical terms. It is concluded that the decisive powers should view this movement, which is in favor of decentralization, as a valuable act for public institutions, that is, as an opportunity for consolidating citizenship
  • Descentralização, Gastos Públicos e Preferências Alocativas dos Governos Locais no Brasil: (1980-1994)

    Rezende, Flávio da Cunha

    Abstract in French:

    Dans cet article on analyse le mouvement des attributions budgétaires des politiques publiques menées par les gouvernements des États de la fédération et des communes brésiliennes pendant les années 1980-1994. A partir de séries historiques des attributions budgétaires effectuées par les gouvernements locaux, on essaie de mettre des repères à une discussion sur la décentralisation et le fédéralisme au Brésil. La question consiste à savoir comment et dans quelle mesure la décentralisation aurait modifié les attributions budgétaires effectuées par les gouvernements locaux

    Abstract in English:

    Based on study of a historical series, the article analyzes the dynamics of allocative preferences in public spending by Brazilian state and municipal governments during 1980-1994. Specifically, this contribution to the debate on decentralization and federalism in Brazil seeks to ascertain how and to what extent local governments have changed their allocative preferences as a result of decentralization
  • As Distorções na Representação dos Estados na Câmara dos Deputados Brasileira

    Nicolau, Jairo Marconi

    Abstract in French:

    Dans cet article on cherche à examiner deux aspects de la répartition peu équilibrée en sièges à la Chambre des Députés des unités de la fédération brésilienne (Etats): l’un fédéraliste et l’autre lié à la représentation des partis politiques. Dans le premier cas, ce sont les unités territoriales et, par conséquent, leurs habitants d’abord qui en reçoivent les effets bénéfiques ou négatifs. Quant au second, ce sont les partis politiques qui, par leur sous ou sur-représentation subissent une distorsion dans la répartition des sièges. Le premier est évalué à l’aide de données comprenant 26 législatures depuis 1881; il examine l’effet de toutes les dispositions légales établies visant à répartir les sièges entre les unités de la fédération. L’aspect de la représentation des partis se sert de simulations construites sur les résultats des élections de 1994

    Abstract in English:

    The article investigates two dimensions of the disproportionate distribution of Lower House seats among Brazilian states: the federalist and the party dimensions. In the first case, states <FONT FACE="Symbol">¾</FONT> and, consequently, their citizens <FONT FACE="Symbol">¾</FONT> are deemed the main beneficiaries or losers. In the second case, parties are seen as under or over-represented as a result of the prevailing distribution. The federalist dimension is evaluated bases on data regarding twenty-six legislatures since 1881, taking into account the effects of all legal norms defined for the distribution of seats among states. The party dimension is analyzed based on simulations using 1994 election returns
  • Patronagem e Poder de Agenda na Política Brasileira

    Santos, Fabiano

    Abstract in French:

    Cet article a pour but de présenter les motifs en raison desquels le modèle de relations entre exécutif et législatif s’altère relativement après 1988, en comparaison avec la période 1946-1964. Après avoir brièvement commenté la littérature concernée, on en conclut que ces motifs manquent encore d’explicitation adéquate. On propose ensuite un environnement conceptuel pour la compréhension de la rationale de l’interaction présidents/partis/députés à la Chambre des Députés. On constate que le parrainage ainsi que le pouvoir de la tête de liste sont les ingrédients centraux d’une telle interaction. En fait, d’importantes modifications dans le modèle de relation entre exécutif et législatif sont observées, essentiellement motivées par un plus grand pouvoir d’agenda des présidents actuels, d’où une plus grande capacité du président à aménager ses préférences au sein du législatif, de même qu’un accroissement de la cohésion et de la discipline de parti dans sa base d’appui à la chambre

    Abstract in English:

    The patterns of Executive-Legislative relations that prevailed during the 1946-1964 period differ from those of the post-1988 period. A brief look at the specialized literature shows that the reasons behind these changes have not yet been adequately explained. The article explores these changes more thoroughly, developing a conceptual framework for understanding the rationale of interactions between presidents, parties, and lower chamber representatives. Patronage and agenda power are found to be the prime ingredients in these interactions, and important changes in the pattern of Executive-Legislative relations can be traced essentially to the greater agenda power enjoyed by Brazilian presidents since 1988. This is reflected not only in the president’s improved capacity to make his voice heard within the legislative body but also in the greater party cohesion and discipline displayed by his support base within the lower house
  • Determinantes do Voto Partidário em Sistemas Eleitorais Centrados no Candidato: Evidências sobre o Brasil

    Samuels, David

    Abstract in French:

    Facteurs Déterminants du Vote pour un Parti dans des Systèmes Électoraux Axés sur le Candidat: Évidence du Brésil Une importante question soulevée par les études électorales contemporaines consiste à reconnaître quand le vote pour la personne du candidat a une influence. En général cette question est traitée sous forme de recherches au niveau national et non par une analyse comparant les partis entre eux, ou plutôt, on souligne habituellement les aspects des systèmes électoraux nationaux poussant les politiciens à rechercher des voix pour eux-mêmes en tant que personnes (ou pour le parti), au lieu de distinguer les caractéristiques des partis qui pourraient prédisposer leurs candidats à se procurer ces voix. Les comparaisons entre systèmes électoraux supposent constantes les caractéristiques des partis. L’analyse est ici concentrée sur celles-ci en les opposant à celles des systèmes électoraux pris comme facteurs déterminants de la quête du vote sur la personne du candidat. On y affirme que l’adoption d’une stratégie individualiste ou collectiviste dépend en grande part de la capacité du parti à contrôler et à avoir accès au financement, ainsi qu’au soutien gouvernemental; de façon générale, les partis qui ont un bon accès à ces ressources optent pour des stratégies individualistes, alors que les partis qui ne disposent pas de ce même accès se tournent vers des stratégies plus collectivistes. Pour vérifier cette hypothèse, on examine le cas brésilien par l’étude des résultats électoraux au niveau du pays et des états en nous servant d’une analyse à régression multiple. En outre, on explique comment un parti déterminé, le Partido dos Trabalhadores (PT), a réussi à résister au long du temps aux incitations provenant du système électoral

    Abstract in English:

    A prominent question in recent comparative work is "when will the personal vote matter?" Typically, scholars approach this question at a cross-national as opposed to a cross-party level: that is, they highlight features of national electoral systems that create incentives for individual politicians to pursue a personal (or a party) vote, rather than highlighting features of parties that might predispose candidates in those parties to pursue personal (or party) votes. Implicitly, the electoral-systems comparisons hold constant party features. In this paper, in contrast, I focus on the characteristics of parties, as opposed to the characteristics of electoral systems, as determinants of personal vote seeking. I argue that adoption of an individualistic or collective strategy depends largely on a party’s access to and control over funding and patronage: generally, parties with good access to money and pork should adopt individualistic strategies, while parties with poor access to money and pork should adopt more collective strategies. In this paper, I explore the Brazilian case to test this claim. I test my claims at the national and district level, using multiple regression analysis. Furthermore, I explain how one party, the Workers’ Party (PT), has overcome the incentives of the electoral system over the long run
  • SUMÁRIO do Vol. 40, nos. 1, 2 e 3, 1997

  • Untitled document

  • Untitled document

Instituto de Estudos Sociais e Políticos (IESP) da Universidade do Estado do Rio de Janeiro (UERJ) R. da Matriz, 82, Botafogo, 22260-100 Rio de Janeiro RJ Brazil, Tel. (55 21) 2266-8300, Fax: (55 21) 2266-8345 - Rio de Janeiro - RJ - Brazil
E-mail: dados@iesp.uerj.br